activez

pen2015

Ivoire

Législation sévère

La saisie de pièces en ivoire sont nombreuses et montre l’importance d’être informé sur les règles entourant la possession d’objets en «or blanc».

Certaines familles ont hérité de pièces en ivoire et ne sont pas au courant de la législation. Elles n’ont donc pas le certificat obligatoire.

La législation qui encadre la vente et l’achat d’ivoire en Belgique est extrêmement sévère. L’ivoire travaillé entre 1947 et 1984 ne peut être vendu qu’accompagné d’un certificat CITES.

Les gens doivent pouvoir fournir des preuves confirmant que leur famille a vécu en Afrique et que l’ivoire a été prélevé avant que la convention de Washington ait été adoptée.

Dans le cas des pièces travaillées plus vieilles, il est nécessaire de détenir un document d’expert en mesure de confirmer que l’ivoire est antérieur à 1947. Un certificat est aussi nécessaire pour la commercialisation des défenses brutes d’avant 1984. Le commerce d’ivoire d’après 1 989 est tout simplement interdit dans les marchés ou les brocantes.

Au cours des dernières années, le nombre d’objets fait d’ivoire se sont multipliés dans les brocantes, «Avec la crise, le nombre de demandes d’authentification a explosé. Certaines personnes trouvent des pièces dans leur grenier et vont les revendre pour faire un peu d’argent. Le vendeur doit avoir un certificat et l’acheteur a la responsabilité de vérifier la validité du document ou simplement ne pas acheter la pièce.»

L’ivoire d’éléphant occupe la première place des saisies d’espèces protégées en Belgique au cours des vingt dernières années.

Notre pays a même été une plaque tournante du commerce de l’ivoire entre 1989 et 1992.

Le braconnage atteint actuellement des sommets à travers l’Afrique, alors que les sommes offertes en Asie pour l’ivoire sont en hausses constantes des prix pouvant atteindre 5 000 euros le kilo.

Ces textes s'adaptent aussi à l'écaille de tortue sous quelque forme quelle soit.

Par contre l'ivoire de Mamouth ne rentre pas dans le cadre d'une quelconque interdiction.